Pour l'instant, les Républicains comptent 50 sénateurs et les Démocrates 48. S'ils parvenaient à faire élire leurs candidats, les Démocrates parviendraient à une égalité qui les arrangerait : en cas de vote à 50/50 au Sénat, c'est au vice-président de trancher. Et en l'occurrence, à la future vice-présidente Kamala Harris, actuelle sénatrice de Californie. Ce serait utile pour faire adopter les lois votées par la Chambre des représentants, déjà à majorité démocrate. Les deux sièges de sénateur de l'État de Georgie, traditionnellement républicain, étaient en jeu le 3 novembre dernier. La loi de Géorgie prévoit que le vainqueur doit recueillir au moins 50% des voix. Or, aucun candidat lors des élections du 3 novembre n’a obtenu ce score lors du premier tour. Le second tour nécessaire aura donc lieu le 5 janvier.

L’enjeu est de taille car une Chambre des représentants à majorité démocrate et un Sénat toujours républicain, risquent de compliquer les projets de relance de Joe Biden. Le président devrait alors trouver un terrain d’entente avec les Républicains. Cette situation n’a pas forcément la défaveur des investisseurs car elle réduit fortement les craintes d’emballement de la fiscalité ou de flambée de la dette publique. Ils en prennent d’autant plus aisément leur parti qu’ils savent pouvoir compter sur la Réserve Fédérale pour pallier des plans de relance de l’Etat américain éventuellement moins ambitieux.

Les présidents changent, mais la banque centrale reste plus que jamais incontournable. Le patron, sur le plan économique, est Jerome Powell, et il est généreux dans ses mesures de politique monétaire pour soutenir l’économie américaine. De plus les bonnes nouvelles sur le plan de l’efficacité des candidats vaccins de Pfizer, Moderna et AstraZeneca s’accumulent... Et les entreprises multiplient les opérations de fusion-acquisition pour se renforcer en profitant du coût de la dette historiquement bas. Les investisseurs en ont bien conscience et dans un contexte de politique monétaire accommodante continuent à plébisciter les actifs risqués !

Ceci se traduit par des performances annuelles positives pour la gamme des fonds gérés par l’équipe au 20 novembre allant de +1,44% pour le fonds CM-CIC Flexible Euro, +5,02% pour le fonds CM-CIC Convictions Euro et jusqu’à +12,83% pour le fonds CM-CIC Small & Midcap Euro.

 

CM-CIC Flexible Euro (FR0013384336) / CM-CIC Convictions Euro (FR0013384963) / CM-CIC Small & Midcap Euro (FR0013384997)

Achevé de rédiger le 24/11/2020