Toutes les options d'accessibilité du site CM CIC | Raccourci vers le menu de premier niveau | Raccourci vers le menu de second niveau | Raccourci vers le contenu principal | Raccourci vers le formulaire d'identification | Raccourci vers la recherche | Raccourci vers le pied de page
Accueil > Notre présentation > Le billet de la gestion

Le billet de la gestion


Octobre 2017

Orientation de la gestion

À force de tensions géopolitiques accumulées et d’incertitude sur le dollar, les investisseurs à l’affût de signaux positifs pour placer les excès de liquidité, se sont libérés au mois de Septembre. Les taux souverains long terme sont de nouveau orientés à la hausse et les marchés actions ont progressé rapidement, certains accrochant des records historiques successifs. Cette phase positive de marché se nourrit d’un contexte économique très porteur, validé par les chiffres publiés et les enquêtes de sentiment toujours très bien orientées. Seule l’inflation reste un point d’in­terrogation. Mais, ce qui reste un défi pour les banques centrales se transforme en atout pour les marchés, qui y voient l’espoir de remontées de taux long terme progressive alors que la conjoncture accélère.

Aux USA, le doute s’est installé autour de la réalité de la « Trump reflation » mais les statis­tiques économiques restent bien orientées avec une extension du cycle économique. Bien que le taux de chômage bas ne parvienne pas à doper les chiffres d’inflation, la feuille de route de la banque centrale des Etats-Unis semble tracée, avec des hausses progressives des taux courts et un aménagement du bilan de la banque centrale. La faiblesse relative du dollar s’est corrigée à court terme avec la perspective d’une réussite de la réforme fiscale. Les marchés américains sont à des plus hauts et les sociétés phares de la technologie animent le marché.


Au Japon, les réformes se poursuivent
, comme celles sur le marché du travail, ce qui viendrait relayer les efforts de la Banque centrale. Les chiffres économiques montrent une bonne ac­tivité et les résultats des sociétés progressent tout comme la gouvernance et le respect de l’actionnaire.


Les marchés émergents, Chine et Inde en tête
, restent sur de bons rythmes de croissance. L’attention particulière portée par les autori­tés sur les niveaux de dettes et l’immobilier, entraîne des aménagements financiers gérés avec modération.


Hors la problématique du Brexit pour le Royaume-Uni, la Zone Euro affiche des chiffres solides de croissance confortés par les meil­leures perspectives de l’Italie et du Portugal, longtemps en retrait. S’il n’y avait pas les risques séparatistes espagnols et la néces­saire recherche de coalition en Allemagne, les marchés profiteraient pleinement de la force du contexte, compte tenu de valorisations modé­rées et de rendements des dividendes élevés.

Au final, les risques géopolitiques semblent absorbés par les marchés abreuvés de liquidités par les politiques des banques centrales.

 

Christophe BESSON, Directeur de la gestion Actions

Achevé de rédiger le 06/10/2017