Point marché sur la Gestion Diversifiée

Le monde d'après-guerre n'avait sans doute jamais connu une telle crise. Une crise brutale, une crise globale, touchant l'ensemble des pays développés et émergents, une crise sanitaire et économique contaminant l'ensemble des secteurs et des entreprises, n'épargnant aucune activité. C'est ainsi que tous les êtres humains en ressortiront, sans doute, avec un regard différent sur leurs investissements.

L'impact du COVID-19 sur nos économies est donc particulièrement difficile à évaluer. Aucun analyste ni aucun modèle mathématique est en mesure de nous apporter des éléments de réponses précis. Les marchés financiers risquent donc de rester très volatiles encore de nombreux mois.

Dans ce contexte, la gestion diversifiée apparait extrêmement bien armée. Elle joue un rôle majeur en accompagnant le patrimoine de ses clients au rythme du cycle économique. Son modèle multi classes d'actifs en fait une réponse juste et pertinente. Arbitrer ou conjuguer les différentes classes d'actifs sont au cœur des préoccupations de notre gestion.

Ainsi, dans cet environnement, notre principale conviction reste que la construction d'un portefeuille financier doit avant tout se faire autour de produits de diversification et d'actifs de décorrélation. Cela permet à tout type de patrimoine de s'apprécier sur le long terme et d'être en capacité d'affronter les périodes de crises les plus sévères.

De plus, la violence avec laquelle les marchés boursiers ont chuté au cours de 1er trimestre 2020 doit poser clairement la question du risque d'un investissement. Elément majeur mais souvent oublié par les investisseurs. Combien suis-je prêt à perdre potentiellement sur mon investissement ? Quel sera l'impact sur mon patrimoine et ma situation personnelle si les conditions devaient se détériorer ?

La brutalité de cette crise souligne donc un élément fondamental et essentiel dans la gestion : le couple « rendement-risque » d'un produit financier !

Les politiques de soutien mises en place par les gouvernements et les banques centrales permettront sans doute un retour progressif à la normalité mais le client ne pourra certainement plus continuer à investir sur la performance potentielle sans prendre en compte le risque embarqué du produit.

C'est là tout l'intérêt d'un OPC diversifié : acheter pour son couple « rendement-risque » plutôt que pour sa « performance potentielle ».

Notre organisation, nos méthodologies, nos processus, s'articulent donc autour de cette philosophie : diversifier pour mieux accompagner les besoins de nos clients-sociétaire.