En cette période de déconfinement, les marchés boursiers tentent de se stabiliser sur fond d'amélioration sanitaire et de plans de relances économiques. Les Etats et les banques centrales ont ainsi apporté un certain nombre de garanties pour permettre un redémarrage progressif de l'économie.

Cette première partie de l'année 2020 a donc été fortement volatile déstabilisant les approches traditionnelles de l'investissement en bourse et dans ces conditions, l'allocation d'actifs de nos portefeuilles a été particulièrement difficile.

Parce qu'assembler des classes d'actifs revient, certes, à assembler des convictions mais aussi à assembler des typologies de risques différents, il faut donc tenter de maximiser cette diversification pour optimiser le risque embarqué dans nos gestions.

Par exemple, est ce que renforcer mes positions « action » en même temps que renforcer mes positions sur les obligations à haut rendement a du sens ? Est-ce que ces mouvements contribuent à diminuer le risque dans mon portefeuille ou est-ce qu'au contraire le risque a tendance à s'accumuler ?

Malgré de nombreuses contraintes organisationnelles, les équipes de Crédit Mutuel Asset Management ont continué de se réunir chaque mois, autour du comité d'allocations, pour gérer et accompagner les clients qui nous ont fait confiance.

L'année 2020 sera difficile, un retour à la normale ne sera probablement pas envisageable avant 2021. Cette crise est plus violente que celle de 2008 car l'arrêt de l'économie a provoqué un double choc ; un choc de l'offre et un choc de la demande.

Sur le plan boursier, cette crise a également surligné les gagnants et les perdants de demain et a surtout crédibilisé les thèmes d'investissements porteurs depuis quelques mois déjà : la santé, le digital et les industries à faible émissions de carbone.

Ces tendances qui ont déjà bien émergé, prendront certainement encore plus de place post crise dans nos allocations.