L'ADN du fonds

CM-CIC Pierre est un fonds actions, de diversification, investi majoritairement dans l'immobilier côté SIIC (Sociétés d'Investissements Immobiliers Cotées).

  • Les sociétés se répartissent en 4 sous-segments : les centres commerciaux, les bureaux, le résidentiel et la logistique.
  • Le gérant sélectionne des sociétés avec un patrimoine foncier de qualité et une décote ou un potentiel de valorisation.
  • Le portefeuille est constitué de 40 à 50 valeurs investies sur l'ensemble de l'Europe.
  • La durée de placement recommandée est supérieure à 5 ans.
  • Le profil de risque et de rendement

Plus le risque est fort, plus le rendement est potentiellement plus fort. Ici le risque est à 5

Découvrez le fonds CM-CIC Pierre en vidéo (novembre 2018)

Transcription de la vidéo

CM-CIC Pierre

Quel est l'univers d'investissement du fonds CM-CIC Pierre ?

Notre univers d'investissement est composé de 150 valeurs cotées en Europe. Il s'agit essentiellement de foncières ou de promoteurs immobiliers. En ce qui concerne le fonds CM-CIC Pierre, nous avons entre 40 et 50 titres en portefeuille.

Quelle est la différence avec une SCPI ?

Ce fonds est un fonds actions. Contrairement aux autres supports de « pierre papier » tels que les SCPI ou les OPCI, c'est un actif liquide. Cette liquidité lui apporte un double avantage. En effet, les marchés financiers permettent aux porteurs de pouvoir revendre leurs parts à tout moment, mais elles permettent également aux gérants de pouvoir arbitrer d'une foncière à l'autre pour capter la dynamique des marchés les plus porteurs.

Les taux d'intérêt commencent à remonter, quel est l'impact à court terme sur la valorisation du secteur ?

Effectivement, sur les quinze dernières années, les taux d'intérêt ont clairement bénéficié aux foncières cotées. D'une part, la baisse des rendements obligataires a tiré à la hausse les niveaux de valorisation et d'autre part, la baisse de leurs coûts de financement ont clairement été le principal levier de croissance de leurs profits.

Et si la remontée se produit sur le long terme ?

Pour le moment, la remontée des taux n'est pas violente, on est passé d'une OAT dix ans autour de 0,3%, son point bas courant 2016 à 0,7% aujourd'hui. Mais effectivement, si la remontée des taux devait se poursuivre au-delà des 2%, l'immobilier coté en souffrirait boursièrement à court terme, indépendamment de ses fondamentaux.

Quelles sont vos convictions sur les taux ?

Notre conviction c'est que les taux vont rester sur des niveaux historiquement bas pour encore quelque temps. Si la remontée des taux devait se poursuivre, cela voudrait dire que l'inflation et la croissance sont au rendez-vous. Mécaniquement, les loyers repartiraient à la hausse et prendraient le relais de la baisse du coût de financement.

Et sur les marchés européens ?

Le marché allemand demeure clairement notre principale conviction. C'est le marché où le duo, croissance des loyers et revalorisation des actifs est le plus fort. Jusqu'à présent, nous étions principalement investis dans des sociétés résidentielles telles que Deutsche Wohnen, Vonovia, ou encore ADO Properties. Plus récemment, nous nous sommes diversifiés dans les immeubles de bureaux des grandes métropoles allemandes à travers la société Aroundtown qui est devenue la première ligne du fonds CM-CIC Pierre.

Et le marché français ?

Sur le marché français, nous apprécions la foncière de bureaux Gecina qui bénéficie actuellement du réveil du quartier centre d'affaires de Paris.

Récemment, nous avons augmenté notre exposition au segment de la logistique et des murs d'entrepôts. Il représente désormais plus de 10% du fonds et bénéficie de l'avènement de nouveaux acteurs online et de l'essor du e-commerce. Parmi nos valeurs préférées, nous avons la société française Argan, positionnée sur l'axe Lille, Paris, Lyon et également le Belge Warehouse de Pauw, qui est très bien positionné sur le triangle Anvers, Bruxelles, Gand ou encore l'anglais Segro.

Conclusion

En conclusion, le fonds CM-CIC Pierre permet d'investir dans l'immobilier afin de capter la croissance des marchés les plus dynamiques en Europe.